Quelle est l’importance de l’entrepreneuriat ?

Et si les générations futures étaient encouragées à développer leur esprit d’entreprise, à leur donner une clé possible de leur avenir, tout en aidant la Tunisie à retrouver la santé en relançant son économie et sa compétitivité ?

L’ entrepreneuriat est un moteur clé de l’économie et de l’emploi. Toutefois, il convient de noter que, par exemple, il existe des différences notables entre les performances entrepreneuriales de la Tunisie, des États-Unis ou de la Nouvelle-Zélande. L’association à but non lucratif Les Jeunes Entreprises explique ces différences, entre autres, par le fait que des milliers de jeunes étudiants tunisiens achèvent leur cursus obligatoire chaque année sans jamais être conscients de l’esprit d’entreprise et/ou de l’environnement économique. Il est donc important d’encourager les jeunes à apprendre à apprendre à l’esprit d’entreprise et, surtout, de veiller à ce qu’ils : un jeune homme qui choisirait de voler avec ses propres ailes.

A lire également : Pourquoi ne pas entreprendre ?

Chaque année, des milliers d’étudiants quittent leur université pour le monde du travail. Avec une richesse de connaissances et de compétences plus ou moins développées, bon nombre d’étudiants obtiennent rapidement un emploi jusqu’à l’obtention du diplôme. Félicitations ! Cependant, de nombreux étudiants prient aussi pendant des mois avant de trouver un milieu de travail stable qui leur permettra de commencer l’avenir. Tant sont ceux qui sont juste diplômés, parcourent les foires de l’emploi ici et là, vérifient Internet et envoient des CV à tout. En vain. D’où l’importance d’éveiller davantage l’intérêt des générations futures pour l’entrepreneuriat.

Certains programmes et concours d’entrepreneuriat existent déjà pour encourager les étudiants à examiner les sujets qui les entourent d’une manière nouvelle, créative et novatrice. Allons chercher le Plan CREATIVE WALLONIA, Start Academy, « 1.2.3 Go », le concours BIR&D ou le programme Starter ou Nest’up. Sans oublier les nombreux salons réservés aux entrepreneurs, dont le Mind&Market Forum annuel. Tant de façons de construire un réseau et d’enrichir vos projets en contact avec d’autres personnes animées avec le même esprit d’entreprise.

A lire en complément : Comment définir son plan de carrière ?

Inciter la créativité

Les jeunes sont surpris d’avoir un esprit presque intact de tout handicap, ce qui les amène à répondre de façon créative à des questions qui étaient autrefois sans réponse. Et la créativité est cruciale pour le développement d’une nouvelle activité entrepreneuriale. Parce que le créateur d’un nouveau produit ou service parvient à quitter (et à changer) son cadre de réflexion, il trouve une solution concrète et appropriée à un problème particulier. Bien sûr, nous n’aurons jamais « Théorie de la créativité » : La créativité est la façon de penser d’un individu plutôt que d’une connaissance théorique dont nous pourrions étudier les composantes pour répéter le même processus. Avez-vous déjà réussi à théoriser la chance ? La même chose s’applique à la créativité. Au moins, rien ne nous empêche d’utiliser et de cultiver nos capacités créatives. La créativité n’est pas achetée : tout le monde naît avec le même capital de départ. Après cela, ce sont les gens que nous rencontrons, l’environnement dans lequel nous travaillons et les situations auxquelles nous sommes confrontés qui forgent et modélisent nos cadres de réflexion et nos capacités créatives. Il est donc important de créer un environnement qui encourage et encourage les jeunes à maintenir cet intérêt pour le « pourquoi » et le « comment » des choses. Et cela, dès le plus jeune âge, surtout en raison des changements dans notre système d’éducation.

apprendre à commettre

Un tel L’environnement propice à la créativité comprend la mise en place et la promotion de programmes éducatifs et ludiques dans les écoles visant à sensibiliser les jeunes à l’esprit d’entreprise. A cet effet, l’association « Les Jeunes Entreprises » (LJE) a été fondée en 1977. Par ses différents programmes, l’association contribue à la promotion de l’entrepreneuriat en Belgique.

Par exemple, le programme « Notre municipalité » a été développé pour les jeunes de 10 à 12 ans, tandis qu’un autre programme phare est Mini-Entreprises, où une équipe de jeunes adolescents crée et gère une petite entreprise avec des actionnaires et des assemblées générales pendant une année entière. Nous vous guiderons pour gérer professionnellement un projet de A à Z. Tant d’idées qui germent des projets entrepreneuriaux ici et là et aident les étudiants à mieux planifier à l’avenir leur choix d’études. Chaque Au cours de l’année, des milliers de jeunes de l’enseignement primaire, secondaire et universitaire bénéficient du travail de consultants et de dizaines de bénévoles de cette association.

Les décideurs politiques doivent agir concrètement sur le terrain en adaptant les programmes scolaires qui comprennent, par exemple, un cours d’éveil à l’esprit d’entreprise ou en encourageant davantage d’élèves à participer à des projets d’entrepreneuriat extrascolaire, comme le propose Les Jeunes Entreprises. De cette façon, le taux d’emploi des entreprises belges et les perspectives qui y sont associées ont la possibilité de s’améliorer.

« Création, acquisition d’une entreprise ou prise en charge de la direction d’un département : ce n’est pas de l’improvisation ». C’est pourquoi certaines universités belges proposent depuis plusieurs années une formation entrepreneuriale dans le but d’offrir des étudiants de différentes facultés dans le domaine de l’entrepreneuriat et de l’entrepreneuriat. dans un sens plus large pour encourager et appuyer. C’est le cas à l’Université Catholique de Louvain (UCL), qui a célébré le 15e anniversaire de son programme interdisciplinaire de démarrage d’entreprise (CPME) en septembre dernier. « Depuis 15 ans, la formation CPME permet de former des étudiants qui veulent se lancer dans des aventures. » Une formation qui est plus réussie chaque année ! Le point culminant de la formation est l’élaboration d’un travail interdisciplinaire sous la forme d’un plan d’affaires. En particulier, les étudiants doivent former une équipe de deux, trois ou quatre étudiants de différentes facultés. Ensemble, ils travailleront ensemble pour étudier la faisabilité technique, commerciale et juridique de la mise sur le marché d’un nouveau produit ou service, en utilisant l’expertise de chaque étudiant dans ce domaine. Cette approche est d’autant plus stimulante qu’elle est valorisée et gratifiante pour tout le monde. Surtout si vous utilisez le a la possibilité de pratiquer — même pour illustrer — dans l’un ou l’autre concours d’idées ou de projets en Belgique ou à l’étranger.

Les jeunes ont des idées

Nos jeunes ont des idées. Pour vous convaincre, rien de mieux que de visiter l’un ou l’autre terrain lors de compétitions entrepreneuriales : vous seriez étonné de voir à quel point les idées qui y sont brassées. Faut-il nous rappeler que c’est un étudiant qui est à l’origine de Facebook ? Au niveau national, on peut citer, par exemple, le succès des plateformes web telles que Storify, ClickyourCar, BePark ou Djengo, toutes issues de l’imagination des étudiants belges.

Comme le suggère le Livre vert sur l’esprit d’entreprise, d’importants travaux de mentalité doivent avoir lieu. Ainsi, un positif, constructif et confiant dans l’avenir aide à construire un projet. Et si l’esprit d’entreprise sur le l’autre côté de l’océan Atlantique est plus développé, cette mentalité particulière fait défaut dans notre pays. Savez-vous que l’échec dans l’entreprise est évalué presque plus que le succès en raison de l’apprentissage associé ? Et assurez-vous que les entrepreneurs sont encouragés à revivre, qu’ils aient échoué avant : ils sont peu susceptibles de répéter les mêmes erreurs. En Belgique impensable : s’il y a une erreur, ce sera mieux que votre propre responsabilité. Cela est probablement dû à votre performance en leadership, qui n’était pas au même niveau, et il est peu probable que vous ayez une deuxième chance. Cependant, l’échec entrepreneurial devrait être une expérience qui doit être évaluée et non exploitée. Tu as osé commencer. Tu oses prendre le risque. Vous avez eu l’occasion d’analyser votre échec par la suite pour mieux comprendre les raisons vous permettent de sauter mieux. Peut-être la chose la plus importante dans l’apprentissage des langues serait : attraper !

Encore une chose : il y a encore de l’argent en Belgique. Cependant, il vaut mieux se mobiliser pour la mettre à la disposition des jeunes dirigeants dans de nouvelles entreprises, plutôt que de s’appuyer sur des comptes d’épargne où il n’y a plus aucun intérêt à acheter ou à investir aveuglément dans des produits boursiers sombres.

Par conséquent, l’éveil des jeunes entrepreneurs par le biais d’activités telles que les « mini-entreprises » et d’autres programmes extrascolaires est une initiative qui doit être soutenue et encouragée à tous les niveaux. Et ça pourrait commencer à raconter des histoires demain. Ce sont des repères, des modèles et des objectifs dont nos jeunes ont besoin. Au lieu de se concentrer sur les maux et les échecs de la société, pourquoi les jeunes qui investissent dans l’avenir ne devraient-ils plus être présents ? Soulever le chemin atypique et créatif et des projets innovants d’entrepreneurs qui décident de commencer eux-mêmes. Donnez-leur un coup de pouce et encouragez-les dans leur entreprise, soutenez les diverses initiatives entrepreneuriales à venir en sens inverse, comptez sur les générations futures. Et créer plus de synergies entre les investisseurs et les jeunes gestionnaires créatifs talentueux.

ARTICLES LIÉS